Un mal de dent peut avoir plusieurs explications, mais elles reviennent généralement à une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Bien se brosser les dents après chaque repas est en effet le moyen le plus simple et le plus sûre d’éviter des douleurs qui peuvent devenir paralysantes mais aussi une consultation chez votre dentiste, et même une intervention qui peut plomber votre budget. Découvrez quels sont les principaux maux de dents, leur origine et surtout comment les traiter au plus vite.

L’abcès dentaire

L’abcès dentaire est une infection bactérienne qui se traduit le plus souvent par un gonflement de votre gencive, de douleurs et d’une difficulté à mâcher. Attention à la traiter le plus rapidement possible, car sans intervention, les complications peuvent être graves pour votre santé dentaire. Un abcès est généralement provoqué par un déchaussement dentaire, ou une mauvaise cicatrisation après une extraction de dents de sagesse.

Il se traduit concrètement par une gencive qui deviendra progressivement rouge et gonflée, des douleurs et des saignements qui vont finir par provoquer des fièvres ou vous empêcher de manger correctement. Du pus peut également s’en dégager. Le premier réflexe à avoir reste bien évidemment de consulter votre dentiste et continuer à bien vous proposer les dents pour empecher que l’infection ne s’aggrave. Ne crevez cependant surtout pas votre abcès.

Votre dentiste devra traiter l’abcès en drainant l’infection après avoir ouvert votre dent. Il faudra ensuite que vous preniez des antibiotiques et antalgiques pour traiter durablement votre abcès et éviter qu’il ne revienne vous hanter. Par mesure de précaution, brossez-vous bien régulièrement les dents, et évitez les aliments trop sucrés ou trop acides.

Notre guide complet de l’abcès dentaire ici.

La rage de dent

La rage de dent est la suite logique d’une pulpite, une inflammation de l’intérieur de votre dent. Elle se traduit par une douleur aigue, cette partie de votre dent étant composée principalement de nerfs et de vaisseaux sanguins. Elle est généralement causée par une carie non traitée (qui va détruire les tissus de votre dent), un traumatisme ou une irritation de la pulpe de votre dent, mais aussi une mauvaise hygiène bucco dentaire ou la consommation excessive d’alcool ou de tabac.

Comment soigner efficacement une rage de dent ?

Si votre douleur persiste et devient de plus en plus intense, il est très important que vous en traitiez la cause le plus rapidement possible pour éviter les complications. On parle alors d’une pulpite irréversible qui peut entrainer une nécrose de la pulpe dentaire et une dévitalisation de votre dent qui risque de tomber. Votre dentiste peut vous prescrire des analgésiques pour calmer la douleur, mais aussi des antibiotiques ou des anti-inflammatoires pour traiter directement la pulpite.

Pour éviter une rage de dent, tout commence par une bonne hygiène dentaire, et plus généralement de vie. Une visite régulière chez votre dentiste vous permettra également de la diagnostiquer le plus rapidement possible pour éviter qu’elle ne dégénère.

La gingivite

La gingivite est une infection dentaire qui se traduit principalement par un saignement des gencives. Si elle n’est pas traitée rapidement, elle peut cependant entrainer une parodontite, une inflammation plus grave qui risque d’entrainer un déchaussement dentaire, de faire tomber votre dent et peut provoquer un cancer. Elle est le plus souvent provoquée par le tartre (qui se forme sur les dents via les restes de nourriture que vous ne brossez pas après les repas), mais aussi un changement hormonal ou une maladie.

La gingivite, si elle n’est pas toujours douloureuse, doit être prise au sérieux, en particulier si votre gencive commence à dévoiler le collet, une partie qui est beaucoup plus sensible aux températures extrêmes.

Quelle est la cause d'une gingivite ?

Plus d’informations sur la gingivite ici.

Le kyste dentaire

Un kyste dentaire n’est pas forcément dangereux et certaines formes de cette excroissance dentaire sont parfaitement bénignes. Très fréquent, il se présente sous la forme d’une petite boule qui contient le plus souvent un liquide. Les kystes se forment le plus souvent sur une dent morte, de lait ou de sagesse. Son volume ne fera qu’augmenter tant que votre kyste ne sera pas traité.

Il peut être d’origine congénitale ou infectieuse (suite à une carie mal traitée), mais aussi être provoqué par un choc au niveau de votre mâchoire. Un kyste ne sera pas forcément douloureux, c’est pourquoi il est nécessaire de vous rendre régulièrement chez le dentiste, les kystes étant le plus souvent diagnostiqués par hasard. Il faut en réalité le traiter rapidement pour éviter des complication qui peuvent aller des difficultés respiratoires à une maladie des reins ou un abcès cérébral.

Le traitement passera le plus souvent par la prise de médicaments qui permettront de stopper l’infection. Votre chirurgien dentaire peut également vous le retirer (en réalisant une énucléation) qui permettra de vider le kyste du liquide qu’il contient, évitant ainsi que l’infection ne touche les dents voisines. Si vous vous y prenez trop tard, il n’aura pas d’autre choix que d’extraire la dent touchée.

L’alvéolite

L’alvéolite se caractérise le plus souvent par une douleur intense suite à l’extraction de l’une de vos dents, notamment une dent de sagesse inférieure. Si elle est assez rare, elle est particulièrement douloureuse et vous empêchera même d’ouvrir la bouche ou de macher normalement. Si vous remarquez ce type de symptômes, il faudra intervenir rapidement pour éviter les complications.

Toute la difficulté est que cette alvéole (une petite cloque) est nécessaire pour protéger votre mâchoire au niveau de la dent manquante. Cependant, elle doit durer 24 ou 36 heures pour que la cicatrisation se fasse bien et éviter d’exposer vos terminaisons nerveuses et donc une inflammation de votre mâchoire. Dans le cas contraire, du pus risque de se former et les aliments que vous mangez vont stagner, provoquant une inflammation.

Si vous la traitez rapidement (en prenant des antibiotiques), elle ne devrait pas durer plus de vingt jours. Et comme on dit qu’il vaut toujours mieux prévenir que guérir, la bonne solution est d’être particulièrement vigilant en évitant de boire avec une paille après votre opération, compressez votre alvéole régulièrement et en ne fumant pas le temps que votre dent cicatrise.

Plus d’information sur l’alvéolite ici.

Une dent cassée

Se casser une dent est bien plus fréquent qu’on ne le pense. Si les plus jeunes sont très souvent concernés par ce petit problème dentaire, les adultes ne sont pas à l’abris. Le problème est que l’on sait rarement comment réagir, et surtout, qu’il faut le faire très rapidement. La première chose à faire est bien évidemment de consulter votre dentiste pour éviter que des lésions ne se forme, notamment au niveau de la pulpe et de la racine de votre dent cassée.

Pensez à conserver le bout de dent, car votre dentiste pourra la réparer. Il commencera par réaliser une radiographie pour détecter une éventuelle lésion de la racine ou de la pulpe. Ensuite, il pourra recoller votre morceau de dent (à l’aide d’une résine très résistante) ou la limer et poser une facette afin de lui redonner une forme plus naturelle.

Mais si la racine est touchée, il faudra procéder à l’extraction de la dent et la remplacer par un implant, un bridge ou une prothèse amovible fixée à l’aide de crochets en métal. S’il s’agit de votre enfant qui vient de casser l’une de ces dents, ne paniquez surtout pas (même si elle risque de saigner abondamment). Conservez la dent ou le morceau de dent de lait et conservez-la dans du lait. Votre dentiste pourra ensuite vérifier que la racine de la dent de sagesse n’est pas abimée, recoller le bout de dent ou la réimplanter si elle est tombée trop tôt.

Le déchaussement dentaire

Le déchaussement dentaire est une maladie parodontale qui touche près de huit français sur 10 (dans leur trentaine). Il ne faut cependant pas le prendre à la légère car c’est le premier stade d’une gingivite et peut entrainer des lésions plus graves (comme une parodontite) qui va complètement dévitaliser votre dent et la faire tomber.

Les causes du déchaussement dentaire sont principalement une mauvaise hygiène bucco-dentaire et des habitudes de vie malsaines (comme le fait de boire ou de fumer). Vous pouvez également y être exposé pour des raisons d’hérédité ou suite à une carie, mais aussi un mauvais alignement de votre mâchoire. Vous remarquerez généralement sa présence suite à une plus grande sensibilité de vos dents aux températures extrêmes, une rétractation de votre gencive ou si vos dents bougent. Attention également si vos gencives ont tendance à saigner au moment du brossage de vos dents.

Pour le traiter, il faudra commencer par prendre rendez-vous avec votre dentiste et réaliser un détartrage pour éviter les risques d’inflammation. Il pourra également faire un surfaçage pour retirer toutes les bactéries et bien nettoyer votre racine dentaire. Pour finir, un traitement à base d’antibiotique sera nécessaire pour éliminer le déchaussement dentaire. Ce dernier n’étant pas remboursé par la sécurité sociale, pensez donc à bien vous brosser les dents pour ne pas prendre de risque.

Découvrez-en plus sur le déchaussement dentaire ici.

L’agénésie dentaire

L’agénésie dentaire se caractérise tout simplement par l’absence de certaines dents chez un enfant ou un adulte. Cette anomalie génétique touche le plus souvent les incisives, dents de sagesse et prémolaire et nécessite un traitement orthodontique. Elle n’est en réalité pas si rare que cela puisque 25 % de la population est touchée, et n’est en aucun cas dangereuse pour la santé.

Différents traitements existent pour palier à ce problème, en fonction du nombre de dents qu’il vous manque mais aussi de leur emplacement. S’il ne sera pas possible de poser des implants chez un enfant, cette solution sera envisagée chez les adultes, en particulier si les dents manquantes sont visibles ou empêchent une mastication normale.

Quelles sont les causes d'une agénésie dentaire ?

Tous vos frais dentaires ne seront malheureusement pas remboursés par la sécurité sociale, qui ne prend en charge que le bridge ainsi que la pose de prothèses ou d’implants chez les enfants souffrant d’une maladie rare (l’agénésie pouvant être corrélée à une affection plus grave).

Une dent jaune

Avoir des dents jaunes peut être complexant, même s’il ne s’agit pas d’un problème grave pour votre santé. Pour le traiter convenablement, il faudra cependant parvenir à déterminer la cause de cette coloration de vos dents. Elle peut être interne (suite à une maladie dentaire ou la prise de médicament), mais aussi externe (en particulier si vous avez tendance à fumer ou que vous ne vous brossez pas régulièrement les dents.

Il existe heureusement de nombreuses solutions pour retrouver un sourire plus éclatant. La première est évidente et consiste à stopper votre consommation de produits tachants comme le café ou le tabac. Vous pouvez ensuite vous faire blanchir les dents, à la maison, dans un salon spécialisé (bien que cette solution ne soit pas recommandée) ou chez votre dentiste qui pourra procéder à un traitement ambulatoire, absolument indolore.

Attention cependant au prix de cette intervention, qui peut monter de 400 euros à 1 200 euros en fonction du nombre de séances qui seront nécessaires pour traiter le problème. Elle est malheureusement mal remboursée par la sécurité sociale, bien que certaines mutuelles peuvent la prendre en charge. Les résultats en valent cependant la peine, en particulier si vos dents jaunes sont un problème au quotidien et vous gênent dans votre rapport aux autres et votre confiance en vous.

Cliquez ici pour en savoir plus.

Le tartre dentaire

On ne se méfie jamais assez du tartre dentaire. Ce dépôt jaunâtre qui peut colorer vos dents où se loger entre a en effet des conséquences plus ou moins grave sur votre santé. Il se dépose progressivement, en raison des restes d’aliments qui ne sont pas brossés après vos repas. En favorisant la prolifération de bactéries et des productions acides qui peuvent entrainer des caries ou même des gingivites, le tartre dentaire est donc à prendre au sérieux.

Pourquoi avez-vous du tartre dentaire ?

Certains facteurs aggravants peuvent vous exposer à ce dépôt de tartre, en particulier le pH de votre salive, un diabète mal traité, la consommation de tabac ou encore le bruxisme (si vos dents ne sont pas bien alignées). Cependant, la première précaution à prendre et d’adopter une bonne hygiène bucco-dentaire et réaliser régulièrement des détartrage (une à deux fois par an), pour éviter les inflammations et retrouver un sourire plus éclatant.

Pour en connaître plus sur les différents soins dentaires, n’hésitez pas à vous référer à notre page dédiée.