On peut parfois observer l’absence d’une ou plusieurs dents chez un enfant ou chez un adulte. Ce problème d’origine principalement génétique touche d’ailleurs plus souvent les incisives, les prémolaires et les dents de sagesse. Il s’agit de l’agénésie dentaire, qui est plus une anomalie qu’une maladie, et peut se traiter de manière orthodontique, que cela soit pour des raisons esthétiques (avoir une dentition complète étant important pour se sentir bien), ou pour des raisons pratiques (afin de ne pas entraver votre mastication, ou votre élocution).

Pouvant toucher aussi bien les dents de lait que les dents de sagesse, l’agénésie est encore peu connue des français. S’il vous manque une ou plusieurs dents et que vous en cherchez la cause, il est intéressant de vous pencher sur le sujet. Rassurez-vous néanmoins, car il ne s’agit pas d’une anomalie très grave, et de nombreux traitements existent pour palier à ce petit problème.

Dans cet article, nous vous expliquerons plus précisément ce qu’est une agénésie dentaire, quelle forme elle peut prendre, et surtout les solutions disponibles pour le résoudre. Nous vous parlerons également du prix du traitement et des remboursements possibles, ainsi que les différentes complications auxquelles vous vous exposez en ne traitant pas votre agénésie.

Qu’est-ce que l’agénésie dentaire

Concrètement, une agénésie dentaire se traduit par l’absence d’une ou plusieurs dents. Il est facile de confondre cette anomalie génétique avec une inclusion, alors qu’il s’agit en réalité de situations très différentes puisque dans ce cas, les dents n’existent tout simplement pas.

Elle peut se manifester aussi bien sur des dents de lait que des dents définitives, et est généralement constatée au moment où les dents de lait tombent (soit entre 6 et 10 ans). Si aucune dent de sagesse ne reprennent leur place, vous souffrez certainement d’une agénésie dentaire. C’est pourquoi il est important de faire suivre votre enfant par un dentiste dès son plus jeune âge pour ne pas qu’une telle anomalie passe inaperçue.

Concrètement, elle peut se manifester de différentes manières :

  • soit votre dent de lait ne tombera pas, puisqu’elle n’est pas poussée par la dent qui doit la remplacer ;
  • soit elle tombera mais aucune dent ne repoussera à sa suite.

Ce problème dentaire reste relativement rare, et a la spécificité de n’être absolument pas douloureux (bien que cela ne vous dispense pas de consulter un dentiste afin de le traiter). En effet, selon le nombre de dents qu’il vous manque, l’agénésie dentaire peut avoir des conséquences graves sur votre croissance alvéolaire, et vous gêner dans votre mastication.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la réalité d’une agénésie dentaire sera très différente selon le nombre de dents qu’il vous manque. Par exemple, un français sur 4 souffre de l’absence d’une ou deux dents de sagesse. Dans ce cas, le dentiste s’en apercevra à l’adolescence, période durant laquelle il est courant de réaliser une radio pour s’assurer que les dents de sagesse poussent correctement. Si c’est votre cas, et qu’il vous manque une ou deux dents définitives, il n’y a normalement aucun soucis à se faire, et vous n’aurez pas besoin de subir de traitement. C’est à partir de trois dents manquantes que vous devrez agir.

Les causes de ce trouble dentaire

Même s’il n’est pas toujours possible de trouver l’origine exacte de dents manquantes, une agénésie dentaires aura généralement les causes suivantes

Une explication génétique

L’agénésie dentaire est le plus souvent héréditaire. C’est en tout cas la cause la plus souvent mise en avant, puisque l’agénésie se passe généralement de génération en génération. On retrouvera par exemple l’absence de la même (ou des mêmes dents) chez plusieurs membres d’une même famille, et certaines maladies héréditaires peuvent s’accompagner d’une agénésie dentaire.

Pourquoi il est important de se faire remplacer une dent manquante ?

Si ce risque existe au sein de votre famille, il est important d’en informer votre dentiste, de vous faire suivre, et de faire suivre vos enfants afin de traiter ce problème aussi vite que possible. Néanmoins, le fait que des membres de votre famille souffre d’agénésie ne veut pas dire que cela sea nécessairement votre cas. Il est en effet tout à fait possible qu’un descendant en possède ce gène, sans qu’il ne s’exprime.

La suite d’un traitement

Certains traitements particulièrement lourds, comme la chimiothérapie, par exemple, peuvent avoir des incidences sur votre santé dentaire, et provoquer une agénésie. C’est d’autant plus le cas si le traitement que vous subissez se fait au moment du développement de votre dentition.

Une cause environnementale

Des perturbations environnementales peuvent également avoir un impact sur votre fœtus en formation et provoquer une agénésie dentaire. Si vous souffrez de carences (notamment en vitamine D) ou que vous avez subi un fort choc émotionnel pendant votre grossesse, il est possible que cela affecte le développement des germes dentaires de votre enfant, et le bloque.

Pour confirmer le diagnostic, vous devrez vous rendre chez votre dentiste qui vous fera une simple radiographie. C’est à partir de cette dernière qu’il pourra déterminer le meilleur traitement dans votre cas.

Les différents types d’agénésies dentaires

Il existe trois formes d’agénésie dentaire, qui vont se différencier principalement en fonction du nombre de dents qu’il vous manque.

La première est l’hypodontie (ou agénésie ponctuelle). Cette forme d’agénésie dentaire touche entre 5 ) 6 % de la population et se caractérise par de 1 à six dents. Les dents concernées sont généralement la seconde prémolaire du bas, et l’incisive latérale supérieure. Elle est d’ailleurs souvent la cause des fameuses dents du bonheur.

La seconde est l’oligodontie (ou agénésie multiple) qui se caractérise par l’absence de plus de 6 dents et se traduit par d’autres anomalies génétiques (comme des dents de formes et de couleurs singulières). Cette pathologie est heureusement beaucoup plus rare que l’agénésie ponctuelle, puisqu’elle ne touche qu’un à sept enfants sur 100 000 naissances.

Comme pour l’hypodontie, les causes de l’agénésie multiples sont héréditaires. Mais cette anomalie génétique ne va pas toucher uniquement les dents, et peut s’étendre à d’autres organes du corps. Il ne s’agira alors que d’un marqueur, parmi d’autres, d’une maladie rare, comme la dysplasie ectodermique, qui recouvre un ensemble de problèmes de santé qui, en plus de l’absence de plus de 6 dents, se manifestera par des anomalies au niveau des ongles, des glandes sudoripares, mais aussi des cheveux.

Dans des cas beaucoup plus rare, une personne peut tout simplement naitre sans dent. On parle alors d’anodontie, qui se traduira là-aussi par d’autres soucis médicaux, sur l’ensemble de l’organisme du patient.

Dans tous les cas, l’absence de plus de 6 dents est donc généralement le signe d’une maladie génétique qui peut engendrer d’autres anomalies, et le patient sera donc dirigé vers un spécialiste de la génétique. Il est cependant possible qu’une agénésie dentaire ne s’accompagnent d’aucun autre problème de santé mettant en jeu d’autres organes du corps.

Comment la détecter

Pour détecter une agénésie dentaire, il faut commencer par surveiller les dents de lait de vos enfants. Car c’est à cette âge que cette anomalie dentaire peut être décelée, plus précisément entre l’âge de 6 à 10 ans, période pendant laquelle les dents de lait sont censées tombées, en raison de la pression exercée par les dents de sagesse.

Si ces dernières ne poussent pas, la dent de lait ne tombera pas, ou tombera sans être remplacée par une dent définitive. Il est donc très important de faire suivre votre enfant par un dentiste durant ces 4 années charnières.

Quels sont les risques que vous courrez

L’absence de dents ne pose pas seulement un problème esthétique (même si cela peut avoir une force incidence sur votre rapport aux autres). Elle peut en effet avoir de lourdes conséquences, aussi bien chez un enfant qu’à l’âge adulte. Le problème dépendra en grande partie du nombre de dents qu’il vous manque. Chez l’enfant par exemple, l’absence de plusieurs dents peut avoir des conséquences sur sa prononciation, et altérer son apprentissage de la langue.

Chez l’adulte, des dents manquantes peuvent non seulement être à l’origine de complexe (aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle), mais aussi altérer votre mastication, et donc entrainer des problèmes digestifs.

Les traitements disponibles

Pour traiter une agénésie, il va falloir commencer par faire une radio panoramique de votre dentition pour déterminer le type dont vous souffrez. Le traitement dépendra ensuite de votre âge.

Le traitement chez l’enfant

Comment soigner l'agénésie ?Le traitement d’une agénésie dentaire ne sera pas le même chez un enfant que chez un adulte pour la bonne et simple raison que sa croissance ne sera pas finie, et qu’il sera donc impossible de poser des implants.

Votre dentiste vous conseillera généralement de garder la dent de lait aussi longtemps que possible pour la prémolaire (si et seulement si elle n’est pas cariée) ce qui permettra de conserver l’os, et l’espace nécessaire pour implanter une nouvelle dent (en posant un implant) plus tard (en général une fois que l’enfant aura atteint les 17 ans).

Dans le cas d’une gencive manquante, l’approche sera légèrement différrence puisque la dent de lait ne permettra pas de créer l’illusion qu’elle est belle et bien présente. En effet, cette dernière sera d’une teinte et d’une taille différente.

Dans ce cas, on posera généralement une prothèse (le plus souvent un bridge) afin de garder de l’espace pour fixer un implant une fois que la croissance sera achevée.

Le traitement chez l’adulte

N’oubliez pas que 25 % des français présentent une agénésie des dents de sagesse, et que cela n’a le plus souvent aucune incidence grave sur leur santé dentaire, ni leur santé en général d’ailleurs. La seule précaution à prendre sera dans ce cas de réaliser une radio panoramique de votre dentition afin de s’assurer qu’aucune dent de sagesse ne subsiste dans votre machoire.

A l’age adulte, et parce que votre dentition a fini de se mettre en place, il est possible que vos dents existantes suffisent (en tout cas partiellement) à combler l’espace vacant laissé par la dent manquante. Dans ce cas, il ne sera pas nécessaire d’intervenir.

Si ce n’est pas le cas, votre chirurgien dentiste pourra vous proposer de combler l’espace laissé par votre dent absente en posant un implant dentaire. C’est une meilleure solution que le bridge, qui demande un entretien beaucoup plus poussé, et est moins durable et solide que l’implant dentaire. Attention néanmoins, car cette prothèse est encore mal remboursée par la sécurité sociale.

Un traitement orthodontique peut également être envisagé en fonction du nombre de dents manquantes. Et en cas d’ oligodontie, la traitement sera beaucoup plus lourd et compliqué.

Voici comment se passe un traitement de l’agénésie dentaire par orthodontie.

Prix du traitement et remboursement

Le principal traitement proposé en cas d’agénésie dentaire étant la pose d’un implant, il implique des honoraires assez élevés. Prévoyez en effet près de 900 euros par dent pour un résultat à la fois esthétique, naturel, fonctionnel et durable. C’est pourquoi l’aide que peuvent vous apporter la sécurité sociale et votre mutuelle santé sera le plus souvent indispensable.

Il faut en effet savoir que l’agénésie dentaire est prise en charge par l’assurance maladie (uniquement pour la pose des implants dentaire). C’était le cas depuis 2007 pour la pose d’implants prothétiques dans les cas d’agénésies multiples chez les enfants de 6 ans jusqu’à la fin de leur croissance. C’est désormais aussi le cas pour les adultes, qui peuvent bénéficier de cette prise en charge depuis 2012. Vous pourrez donc également vous voir rembourser une partie de vos frais dentaires si cette anomalie est liée à une maladie rare, et qu’il vous manque donc plus de 6 dents.

En cas d’agénésie isolée (s’il vous manque de 1 à 6 dents), l’assurance maladie ne vous remboursera que le bridge (une prothèse fixée sur les dents voisines, qui font office de piliers). Pour supporter les frais liés à la pose d’implant, vous devrez donc cotiser pour une mutuelle ou une assurance santé au forfait renforcé pour les frais dentaires.

Comment se faire rembourser

Le remboursement de vos frais dentaires en cas d’agénésie peut se révéler être un véritable parcours du combattant. Autant connaître les démarches à suivre, et les documents à fournir à votre assurance maladie avant de vous lancer dans la procédure.

Pour commencer, votre dentiste (ou stomatologue) devra remplir un document se rapportant au diagnostic, mais aussi au projet thérapeutique envisagé. Vous devrez également joindre la radio panoramique confirmant le diagnostic d’agénésie dentaire et le nombre de dents manquantes. Pour statuer sur l’âge du patient, vous devrez également ajouter une radio de a main ou du poignet s’il s’agit d’un adolescents entre 14 et 17 ans.

Le spécialiste devra rédiger son protocole de soin et l’adresser au service médical de votre CPAM, en s’assurant qu’il soit bien complet et contienne :

  • le protocole de soin,
  • la radio panoramique,
  • l’aide au remplissage,
  • la radio de la main.

Si l’avis de l’assurance maladie est positif, vous pourrez prendre rendez-vous avec votre dentiste pour discuter de la pose d’implant. En cas d’avis défavorable, vous pourrez toujours déposer un recours en vous référant aux précisions données dans le document de décision.