Une infection dentaire peut rapidement devenir insupportable : douleurs violentes, températures élevée. Quelle que soit la forme sous laquelle elle se traduira (abcès dentaire, carie, ou encore gingivite), les douleurs que vous allez ressentir seront de plus en plus intenses, et votre infection peut rapidement devenir dangereuse si elle n’est pas traitée à temps.

Heureusement, il existe des traitements pour vous soulager, mais aussi éviter que l’infection ne se répande dans votre mâchoire, et parfois même dans tout votre corps. Et comme il vaut toujours mieux prévenir que guérir, sachez qu’il existe des moyens très simples de prévenir une infection dentaire, notamment en ayant une hygiène bucco-dentaire irréprochable.

Pour vous aider à traiter le problème avant que les choses ne s’aggravent, nous vous présenterons dans cet article les différents types d’infections dentaires que vous pouvez avoir, les symptômes à surveiller, et les différents traitements disponibles. Et puisque des petits gestes quotidiens simples peuvent vous préserver de la douleur qu’une infection peut provoquer, nous vous parlerons également des différentes méthodes de prévention bucco-dentaire à adopter dès aujourd’hui.

Qu’est-ce qu’une infection de la dent ?

Nous l’ignorons souvent, mais notre bouche est un véritable nid à levure, bactéries, mais aussi à virus. Tous ces micro-organismes qui ont élu résidence dans votre bouche ne sont pas forcément dangereux, mais certains sont pathogènes et peuvent entrainer une infection dentaire en favorisant la prolifération de bactéries.

Pour chaque bactérie pathogène, il existe une infection dentaire spécifique, qui aura des symptômes et des conséquences différentes pour votre santé bucco-dentaire. Toutes ne se manifesteront pas de la même manière, et les plus dangereuses sont celles qui n’engendrent pas une douleur particulière, et seront donc plus difficiles à détecter et à traiter à temps.

C’est la raison pour laquelle il est d’abord crucial que vous adoptiez une bonne hygiène dentaire (afin de repousser les risques d’infections dentaires), mais aussi que vous consultiez régulièrement votre dentiste. Ce dernier, en examinant votre bouche et en vous faisant une radio, pourra détecter une éventuelle infection (qu’elle soit douloureuse ou non), et la traiter à temps, avant qu’elle ne se transforme en un problème de santé plus grave.

Comment se manifeste une infection dentaire

Même si on reconnaît le plus souvent une infection dentaire à la douleur qu’elle va provoquer, cela veut souvent dire qu’il est trop tard, et que la pathologie a atteint un stade critique. Parmi les autres symptômes à surveiller, et qui vous permettront de reconnaître une infection avant qu’elle ne soit trop avancée, vous devez notamment faire particulièrement attention :

  • à la sensibilité de vos dents, en particulier aux températures extrêmes (chaudes et froides) ;
  • des douleurs lorsque vous mâchez ;
  • de la fièvre et une importante fatigue ;
  • des gonflements au niveau de vos gencives,
  • une mauvaise haleine ;
  • une baisse d’appétit ;
  • des saignements de la gencive.

Les symptômes varieront selon l’infection dentaire dont vous souffrez, mais si vous notez que vous souffrez de l’un ou plusieurs d’entre eux, la première chose à faire sera de contacter votre dentiste. Car plus vous attendez, plus l’infection risque de se généraliser.

Quels sont les différents types d’infections dentaires

Il existe différents types d’infection dentaire, différant principalement dans leur intensité et la partie de votre dentition qui sera affectée. Voici les principales.

La carie

On pense souvent que les caries ne touchent que les jeunes enfants qui mangent trop de sucreries, mais elles peuvent en réalité toucher les adultes eux aussi. Elles doivent être prises au sérieux, car une carie est le plus souvent le premier stade d’une infection plus grave et douloureuse, comme un abcès dentaire.

Comment traiter une carie ?

Une carie commence toujours par la formation de plaque dentaire à la surface de vos dents. Il s’agit de dépôts alimentaires qui s’agglutinent après chacun de vos repas, et qui ne sont pas retirés correctement lorsque vous vous brossez les dents. Au contact de la salive, mais aussi de bactéries, votre plaque dentaire va transformer les sucres que vous mangez en acide lactique qui va ronger l’émail de vos dents.

Pour éviter cela, il vous suffit de bien brosser vos dents (régulièrement, et à l’aide d’une brosse électrique si vous êtes particulièrement sujet aux caries) et d’éviter les aliments trop sucrés.

L’abcès dentaire

Comment soigner un abcès ?

L’abcès dentaire se manifeste le plus souvent par une douleur sourde et lancinante, mais aussi par de la fièvre, un gonflement de votre gencive (qui sera également plus rouge et risque de saigner).

Vous devriez également voir du pus se former, et s’extraire parfois naturellement dans votre bouche, vous donnant mauvaise haleine.

Il existe deux formes d’abcès dentaires :

  • l’abcès apical est généralement dû à une carie trop avancée, une fracture de votre dent ou si un problème dentaire n’a pas été soigné à temps. Il se manifeste le plus souvent lorsque vous mâchez.
  • l’abcès parodontal : ce dernier se formera sur votre gencive et suit le plus souvent l’extraction d’une dent de sagesse ou un déchaussement.

La première chose à faire sera naturellement de vous tourner vers votre dentiste, qui pourra vous prescrire des analgésiques pour soulager la douleur. Ce dernier devra souvent intervenir pour que l’infection ne se propage pas, e plus souvent en ouvrant votre dent pour la drainer (si l’abcès s’est développé sur la gencive), ou si l’abcès est à un stade trop avancé, en l’extrayant.

Pour vous éviter les douleurs que peut provoquer un abcès dentaire, mieux vaut avoir une bonne hygiène bucco-dentaire, éviter les aliments trop sucrés et rendre régulièrement visite à votre dentiste.

La gingivite

Une autre infection très courante est la gingivite (qui touche plus de 80 % des français âgés entre 35 et 44 ans). Provoquée elle aussi par la formation de la plaque dentaire, elle se traduira par des saignements importants, ainsi qu’un gonflement de votre gencive.

Ne se traduisant pas toujours par des douleurs, une gingivite ne sera généralement détectée qu’après un rendez-vous de contrôle chez votre dentiste.

La parodontite

Lorsqu’une gingivite n’est pas traitée à temps, elle peut continuer de se développer jusqu’à atteindre le stade de la parodontite. Pouvant concerner une ou plusieurs de vos dents, elle se traduit par la destruction (dont l’origine est bactérienne) du tissu qui soutient votre dentition, le parodonte.

Soigner une parodontite ?La parodontite a elle aussi la particularité de se faire discrète, et se manifeste le plus souvent par des saignements de la gencive, mais aussi par une mauvaise haleine et un goût désagréable dans votre bouche. Il est pourtant très important de la traiter à temps, si vous ne voulez pas que votre dent se déplace (c’est ce que l’on appelle le déchaussement dentaire) et finisse par tomber.

Pour traiter une parodontite, il suffit généralement de faire des bains de bouche réguliers et d’utiliser un dentifrice spécial. Votre dentiste peut également vous faire un surfaçage, qui permettra de retirer le tartre qui s’est accumulé près du tissu osseux de votre dent. Si cela ne suffit pas, vous n’aurez pas d’autre choix que d’ouvrir la gencive pour nettoyer votre dent en profondeur, et rajouter de l’os si la racine de votre dent a été trop endommagée.

L’infection de la dent de sagesse

Vos dents de sagesse peuvent elles aussi être touchées par une infection (notamment si elle est incluse ou semi-incluse à votre gencive). Dans le second cas, vous devriez ressentir une douleur très forte, qui peut parfois même se propager jusqu’à votre oreille.

L’infection d’une dent de sagesse peut également se situer au niveau de la couronne dentaire et provoquer une haleine désagréable, la formation de pus et vous empêcher d’ouvrir ou fermer correctement la bouche.

Votre dentiste vous proposera généralement un traitement à base d’antibiotique (sur une semaine) avant de procéder à une intervention chirurgicale qui visera à extraire la dent infectée. Si la douleur est trop forte, il pourra vous proposer de drainer la lésion afin de vous soulager immédiatement.

Pourquoi il est important d’intervenir rapidement

Quelle soit douloureuse ou non, il est toujours important de traiter une infection dentaire aussi rapidement que possible. Car si cette dernière continue de se développer, elle peut entrainer des complications graves comme la destruction du support osseux de votre dent, et sa chute. Dans des cas plus rares, une infection dentaire peut aussi se propager au reste de votre corps et toucher d’autres organes plus sensibles, comme votre cœur, vos articulations ou vos sinus, voir même entrainer une septicémie.

Vous risquez donc :

  • une endocardite bactérienne : une simple infection dentaire peut finir par se propager à la paroi interne de votre cœur, empêchant les contractions des valvules et pouvant entrainer un arrêt cardiaque. Vous devrez dans ce cas prendre des antibiotiques, et subir une opération dans les cas les plus graves ;
  • une infection des sinus : un nid de bactéries au niveau de la racine de votre dent peut finir par toucher vos sinus. C’est une suite plutôt courante d’un abcès dentaire qui n’aurait pas été traité à temps.
  • l’angine de Ludwig : une infection dentaire peut se propager au reste de votre bouche en provoquant des douleurs dans votre langue, une difficulté à avaler et des gonflements de vos gencives et de votre cou. Il s’agit d’une angine de Ludwig, qui peut entrainer l’extraction de votre dent infectée.

Quels sont les traitements disponibles ?

Il existe deux façons de traiter une infection dentaire :

  • La première est la prise d’antibiotique, qui peut se révéler très efficace ponctuellement.
  • La chirurgie dentaire sera parfois nécessaire pour soigner certaines pathologies dentaires. Votre chirurgien dentiste peut vous faire un détartrage, drainer la lésion, soigner une carie, mais n’aura parfois pas d’autre choix que d’extraire la dent infectée.

La chirurgie dentaire

Le traitement d’une infection dentaire passera le plus souvent par une intervention de votre chirurgien dentiste. Dans le cas d’un abcès, par exemple, et en particulier s’il est purulent, votre praticien devra ouvrir l’abcès (à l’aide d’un bistouri) pour drainer le pus, puis réaliser un nettoyage endodontique (à l’intérieur de votre canal dentaire).

Comment traiter les infections dentaires ?

La dernière étape sera de combler la cavité laissée par l’abcès par une pâte spéciale, et généralement de placer une couronne. Dans certains cas, il vous fera également subir une opération chirurgicale pour enlever la poche kystique. Et si l’abcès a dégénéré en parodontite, une extraction de votre dent sera parfois envisagée. Et pour finir, quel que soit le traitement que vous avez subit, une période de cicatrisation pendant laquelle vous devrez éviter les aliments trop durs et une hygiène bucco-dentaire irréprochable sont indispensable avant de retrouver votre fonction masticatrice normale.

Antibiotiques : pour ou contre

Seul votre dentiste pourra vous dire si la meilleure chose à faire pour traiter votre infection dentaire est de prendre des antibiotique. La première étape pour vous faire soigner est donc de prendre rendez-vous. Attention cependant, car l’intérêt de cette méthode de soin dépend en grande partie de la douleur que vous ressentez. Elle est d’ailleurs plus souvent recommandé aux personnes dont l’infection a atteint un stade critique, notamment quand du pus s’est formé et s’échappe dans votre bouche.

Faut-il prendre des antibiotiques pour soigner une infection ?

Votre spécialiste commencera donc par examiner votre dentition pour déterminer la cause de votre douleur, et le stade de votre infection dentaire. Une radiographie sera d’ailleurs souvent nécessaire pour la localiser précisément. S’il ne s’agit que d’une carie, il ne vous prescrira généralement pas d’antibiotiques, qui pourrait se révéler contre-productifs. Il suffira le plus souvent de plomber votre dent pour stopper la douleur et éviter que l’infection de dégénérer en abcès.

En cas d’abcès, (en particulier s’il est purulent), il est aussi courant de se voir prescrire des antibiotiques (mais aussi des antidouleurs) pour stopper l’infection, la résorber, et soulager la douleur. Prenons le cas d’une infection dentaire sous couronne, par exemple. Si elle est prise à temps, et après en avoir traité la cause directe, votre praticien peut vous prescrire des antibiotiques pendant 6 à 8 jours pour refroidir l’infection et éviter qu’elle n’évolue.

A un stade plus avancé, vous devrez en plus des antibiotiques prendre des anti-inflammatoires pendant 3 à 4 jours afin d’éviter l’accumulation de pus et avant d’inciser l’abcès ou le kyste (toujours sous anesthésie locale).

Dans tous les cas, on vous prescrira généralement des analgésiques après une opération pour prendre le relai de l’anesthésie locale ou générale qui aura cessé d’agir. Les antibiotiques ne sont donc qu’une solution de la dernière chance, qui signifiera le plus souvent que votre dentiste n’a pas d’autre marge de manœuvre pour vous soigner et traiter votre infection dentaire.

Prix et remboursement

C’est malheureusement un constat que font de nombreux patients français, mais les soins dentaires, en plus d’être le plus souvent très onéreux, sont aussi très mal pris en charge par la sécurité sociale.

Si un simple détartrage ne coute généralement pas plus de 30 euros, vous devrez souvent débourser, traiter un abcès dentaire entrainera des frais supplémentaires, comme le traitement de canal ou une radio panoramique, mais aussi des dépassements d’honoraires qui peuvent rapidement faire grimper l’addition. Si l’infection est trop importante, il faudra parfois extraire et remplacer votre dent par un implant, qui peut coûter jusqu’à 2 000 euros, (selon le matériel choisi).

C’est ce qui explique que beaucoup de patients attendent le dernier moment (quand la douleur est tout simplement insupportable) avant de prendre rendez-vous avec leur dentiste. Dans le cas d’une infection avancée, donc, vous n’aurez guère d’autres solutions que celle de vous faire soigner.

Pour pallier aux manquements de l’assurance maladie, ou le compléter, vous devez souscrire à une mutuelle prenant bien en compte les frais dentaires les moins couverts par la sécurité sociale, comme les implants dentaires, par exemple. Soyez donc prévoyant et consultez bien la liste des soins remboursés, afin d’éviter les mauvaises surprises.

Comment lutter contre la douleur

Puisqu’il ne vous sera pas toujours possible d’avoir un rendez-vous le jour même avec votre dentiste, il est toujours utile de connaître des méthodes naturelles et rapides pour lutter contre la douleur provoquée par une infection dentaire. Vous pouvez par exemple :

  • faire un bain de bouche ;
  • appliquer un gel anesthésiant sur la dent infectée ;
    appliquer des huiles essentielles (d’arbre à thé, mais aussi au clou de girofle) sur la zone qui vous fait mal à l’aide d’un coton-tige ;
  • faire un bain de bouche avec une solution à base de bicarbonate de soude et d’eau oxygéné (ou juste tiède) ;
  • placer un clou de girofle sur votre dent douloureuse (il libérera de l’eugénol, un agent très efficace pour contrer la douleur).

Bien sûr, il ne s’agit que de mesures d’urgence, en attendant de pouvoir être soigné par un spécialiste.

Les moyens de prévention contre les infections dentaires

Et parce qu’il est toujours préférable de vous éviter la douleur (et l’addition salée) d’une infection dentaire, sachez que quelques moyens préventifs très simples peuvent vous permettre de garder une dentition en pleine santé.

Avoir une bonne hygiène dentaire

  • commencez par vous laver régulièrement les dents (de préférence trois fois par jour, après chaque repas) ;
    changez régulièrement votre brosse à dents, et privilégiez les poils souples ;
  • consultez votre dentiste (au moins une fois par an pour les adultes, et de deux à trois fois pour les enfants). Et profitez-en pour faire un bon détartrage qui vous permettra de vous débarrasser de votre plaque dentaire ;
  • diminuez ou stoppez votre consommation de tabac (qui favoriser les parodontites) et d’aliments sucrés ou trop acides (en particulier les jus de fruits et les boissons gazeuses, comme les sodas) qui déminéraliser votre émail et favorisent la formation de bactéries (qui se nourrissent de sucre).