Si vous venez de vous faire enlever une dent et que vous ressentez toujours d’intenses douleurs après l’opération, il est possible que vous souffriez d’une alvéolite. Cette complication liée aux extractions dentaire aite suite à une inflammation de l’alvéole dentaire et peut se révéler extrêmement douloureuse.

Vous risquez donc de ressentir une douleur lancinante, pouvant remonter jusqu’à l’oreille et vous empêchant d’ouvrir la bouche normalement, de mâcher correctement vos aliments, et laissera une sensation désagréable dans votre bouche.

Encore peu connue des français, cette affection est heureusement très facile à traiter et vou devriez retrouver la pleine fonctionnalité de votre mâchoire en très peu de temps. Encore faut-il savoir la détecter.
Pour vous aider, nous avons réalisé un guide complet vous présentant tout ce que vous devez savoir sur l’alvéolite dentaire, de ses causes aux traitements disponibles.

Qu’est-ce qu’une alvéolite ?

Pour bien comprendre ce qu’est une alvéolite, il faut d’abord savoir ce qu’est l’alvéole dentaire. Cette petite cavité qui se situe dans l’os de votre machoire permet de fixer votre dent. C’est pourquoi lorsque cette dernière est arrachée (et particulièrement s’il s’agit d’une dent de sagesse), la plaie peut fragiliser l’alvéole et provoquer une inflammation… l’alvéolite vient d’apparaitre.

Elle suivra donc presque toujours une extraction dentaire, et se manifestera par la formation d’un caillot sanguin au niveau de l’alvéole de la dent qui a été retirée. Initialement bénin, ce caillot est même indispensable à la protection et la cicatrisation de votre alvéole les 2 à 3 premiers jours suivants l’opération. Le problème survient s’il tarde à se former, ou s’il est délogé de façon prématurée (notamment en vous brossant les dents ou après un bain de bouche). Ne remplissant plus son rôle de bouclier aux microbes, il exposera l’os et les nerfs de votre alvéole, ce qui provoquera une inflammation.

Cette complication post-opératoire reste relativement rare, et ne survient en réalité que dans 2 à 5 % des cas d’extraction classique, et 20 à 35 % des extractions ayant nécessité une intervention chirurgicale. Certaines personnes sont également plus susceptibles de souffrir d’une alvéolite.

Pourquoi fumer nuit à votre dentition ?

C’est le cas notamment des fumeurs (c’est pourquoi il est toujours conseillé d’arrêter de fumer pendant la période de cicatrisation), des femmes prenant un contraceptif oral ou dans la première moitié de leur cycle menstruel et des personnes souffrant de diabète. Pour éviter la formation d’une alvéolite après l’extraction d’une dent, il est également conseillé d’apporter une attention particulière aux consignes d’hygiène et de soins prodiguées par votre dentiste, mais aussi d’éviter de boire avec une paille ou de sucer vos aliments.

Quels sont les différents types d’alvéolites dentaires ?

Il existe deux formes distinctes d’alvéolites. Elles diffèrent en partie en raison de la présence (ou non) de pus contenu dans l’alvéole la dent manquante.

  • Si votre alvéole ne contient pas de pus, on parlera dans ce cas d’alvéolite sèche (ou de dry socket, littéralement chaussette sèche en anglais). Cette dernière apparaît généralement dans les jours suivants l’opération, et est plus répandue pour les dents de sagesse inférieure. C’est la forme d’alvéolite la plus répandue. Une bonne chose car elle guérit plus facilement, au bout d’une dizaine de jours et sans nécessiter de soins particuliers.
  • Mais si l’alvéole est gorgée de pus, il s’agira dans ce cas d’une alvéolite suppurée. C’est une affection un peu plus grave car la présence de pus va entrainer une infection, qui apparaitra dans les semaines suivant l’extraction de votre dent. Les risques sont plus importants si vous ne vous brossez pas suffisamment les dents (puisque l’infection est favorisée par la stagnation des aliments) et cette forme d’alvéolite touche plus souvent les dents de sagesse inférieure. Cette fois-ci, vous serez dans l’obligation de vous tourner vers votre dentiste qui devra vous prescrire des antibiotiques.

Comment soigner une alvéolite ?

Les symptômes à surveiller

Si vous venez de vous faire extraire une dent, et que vous avez donc plus de risques de souffrir d’une alvéolite, il est important que vous surveillez certains symptômes. Contrairement à de certaines affections dentaires, ces derniers sont relativement faciles à déceler, puisqu’elle commencera par se manifester par une douleur très forte, qui peut irradier jusqu’à votre oreille.

Et même s’il est normal de ressentir des douleurs après vous être fait arracher une dent (ce qui explique que de nombreux chirurgiens dentistes prescrivent des analgésiques après l’opération), la douleur liée à l’alvéolite est très particulière. Intense et pulsative, elle apparaitra quelques jours après l’intervention, et parfois même plusieurs semaines plus tard.

Soyez également attentif aux symptômes suivants :

  • un goût désagréable dans votre bouche, ou une mauvaise haleine ;
  • des difficultés à ouvrir normalement votre bouche.

Si vous ressentez un ou plusieurs de ces symptômes, il est impératif que vous contactiez rapidement votre dentiste, qui pourra confirmer l’absence du caillot qui devrait protéger l’alvéole de votre dent, et saura vous prescrire le traitement adapté.

Quels sont les traitements disponibles

Après avoir confirmé que vous souffrez bien d’une alvéolite, votre dentiste pourra procéder à l’assainissement de votre alvéole afin d’en retirer toutes les particules de nourriture qui ont pu s’y loger et provoquer l’inflammation. Si l’alvéole est saine, le dentiste se contentera d’aseptiser la zone concernée et vous prodiguera un traitement antibiotique et anti-inflammatoire par voie buccale.

Mais si l’alvéole a souffert, il devra la traiter en ayant recours le plus souvent à un pansement dentaire imbibé d’acide trichloracétique ou d’eugénol. Le traitement est un peu particulier si votre alvéolite est gorgée de pus, et dans ce cas, le pansement contiendra également un mélange d’antibiotiques en poudre.

Pourquoi faut-il prendre les alvéolites dentaires au sérieux ?

Pour s’assurer qu’un autre caillot sanguin se forme, et éviter donc la probabilité qu’une autre alvéolite n’apparaisse, votre dentiste peut également cureter votre alvéole. Il n’est pas non plus rare qu’il soit obligé d’extraire un fragment osseux nécrosé qui se serait attaché à l’alvéole après l’extraction de votre dent. Une alvéolite suppurée nécessitera également un traitement d’antibiotiques après l’intervention. Et si les douleurs sont trop fortes, vous pouvez demander qu’il vous prescrive des analgésiques.

Dans tous les cas, il est important que vous suiviez les consignes d’hygiène bucco-dentaire qu’il va vous indiquer, notamment pour bien nettoyer la dent affectée et éviter certaines boissons ou aliments qui risquent de favoriser la reformation de l’alvéolite.

Soulager les douleurs provoquées par une alvéolite dentaire

La spécificité de l’alvéolite est qu’il s’agit d’une affection dentaire particulièrement douloureuse. Les analgésiques peuvent permettre de vous soulager momentanément, mais en aucun cas de traiter votre alvéole infectée. Il existe également des solutions plus naturelles pour lutter contre la douleur.

Vous pouvez par exemple utiliser une compresse de glace, posée sur le côté douloureux de votre visage pendant 20 minutes dans une serviette ou un sachet plastique. Si la douleur est toujours présente après 48 heures, passez à une compresse d’eau chaude, puisque le froid n’aura plus aucun effet sur votre inflammation. Il est également important que vous vous hydratiez correctement.

Autre solution, le bain de bouche au sel, qui aidera à supprimer les restes de nourriture accumulés dans votre alvéole et à résorber l’inflammation. Il vous suffira de dissoudre une demi-cuillerée à café de sel dans un verre d’eau tiède et de réaliser votre bain de bouche en insistant sur le côté de votre mâchoire qui est affecté.

Un allié précieux : le clou de girofle

Pour soulager votre douleur et soigner les alvéolites, on recommande également l’utilisation du clou de girofle tel quel (en le calant contre la dent voisine) ou sous forme d’huile essentielle. Lorsqu’elle est diluée dans une huile végétale (de coco ou d’olive) et déposée sur l’alvéole affectée (à l’aide du doigt ou d’un coton tige), elle permettrait de diminuer la douleur et de traiter l’alvéolite.

Attention cependant à ne pas l’utiliser directement sur la gencive, car elle peut irriter votre peau. N’oubliez donc pas de la diluer à raison de deux gouttes d’huile essentielle pour une vingtaine de gouttes d’huile végétale. Ce n’est de plus par un traitement recommandé pour les enfants et les femmes enceintes, et en aucun cas un remplacement efficace au traitement que pourrait vous prescrire votre dentiste. Lui seul pourra faire un diagnostic précis et vous indiquer le traitement le plus approprié.

Peut-on prévenir son apparition ?

Pour prévenir l’apparition d’une alvéolite après vous être fait extraire une dent, il y a plusieurs mesures à prendre. Ces dernières vous seront normalement communiquées par le chirurgien-dentiste qui va réaliser l’intervention, et qui devrait vous conseiller de :

  • suivre des règles d’hygiène bucco-dentaire précise ;
  • arrêter de fumer pendant les trois à quinze jours suivants l’intervention (la fumée va en effet irriter la plaie et retarder la cicatrisation) ;
  • prendre des anti-inflammatoires en cas de besoin ;
  • ne pas retirer la compresse qui protége votre alvéole ;
  • placer une compresse sur l’alvéole de la dent extraite pendant 2 à 3 heures et la renouveler régulièrement ;
  • ne pas boire avec une paille ni réaliser des mouvements de succion avec votre bouche (qui peuvent déloger le caillot de sang) ;
  • ne pas trop vous rincer la bouche ;
  • éviter de cracher ;
  • faire les bains de bouche antiseptiques (doucement pour la zone affectée), pas plus de 2 à 3 fois par jour ;
  • éviter l’alvéole de la dent extraite lorsque vous vous brossez les dents ;
  • ne pas se passer la langue sur l’alvéole de la dent arrachée ;
  • éviter de mâcher dans la zone de l’extraction ;
  • appliquer des glaçons sur la machoire qui vous fait mal.

Tous ces petits gestes vous permettront de vous assurer que le caillot sanguin destiné à protéger votre alvéole dentaire se forme bien, et éviter ainsi l’alvéolite. Vous devrez également privilégier les aliments mous les 24 heures suivant l’intervention (pour éviter que des débris de ne logent dans votre alvéole dentaire, toujours très fragile). Essayez au moins de ne pas macher du côté de la dent extraite.

Et même si votre hygiène bucco-dentaire va jouer un rôle très important dans la prévention d’une alvéolite, il faut savoir que les conditions d’asepsie de votre cabinet dentaire et la technique utilisée pour extraire votre dent ont elles aussi une influence sur les risques d’inflammation. Certains professionnels recommandent par exemple de commencer par un détartrage et d’avoir recours à une couverture antibiotique automatique avant l’extraction si votre dent est infectée ou difficiles d’accès. Malheureusement, peu de praticiens s’encombrent de cette prudence et de nombreux patients préfèrent l’éviter, puisqu’elle se traduit par des frais supplémentaires.

Des expériences ont également prouvé que fermer l’alvéole limiterait de beaucoup les risques d’alvéolite. Demandez donc à votre dentiste s’il accepterait de suturer votre plaie après avoir extrait votre dent