Holodent

Dentisterie holistique

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Comment le blanchiment abîme vos dents

Par quel mécanisme le blanchiment dentaire abîme les dents et les rend poreuses

Peroxyde d'hydrogène et blanchiment dentaire

Qu'il soit effectué chez le dentiste, chez soi ou dans un bar à sourire ou un centre esthétique, le blanchiment dentaire repose sur l'action d'un produit dont le principe actif est le peroxyde d'hydrogène qui pénètre en profondeur dans la trame minérale de la dent.

Blanchiment dentaire


par Estelle Vereeck

 

 


-Blanchiment, blancheur

-Avant de faire un blanchiment dentaire


-Trouver un dentiste

 

-Le prix de la blancheur

-Bars à sourire par ville

 

 

 

 

 

Tout savoir sur le blanchiment dentaire et ses risques

Le Pratikadent

 

 

Peroxyde d'hydrogène ou eau oxygénée

Communément appelé eau oxygénée, le peroxyde d'hydrogène est un agent blanchissant efficace. Les coiffeurs l'utilisent pour décolorer la fibre capillaire. Il est utilisé dans l'industrie du textile et du papier comme agent blanchissant. Le peroxyde d'hydrogène a également des propriétés désinfectantes. On le trouve incorporé dans des solutions pour nettoyer les lentilles de contact, les appareils dentaires, dans les lessives…

Dans leur communication, de nombreux bars à sourire assurent employer des produits sans peroxyde d'hydrogène mais qui contiennent du perborate de sodium. Au contact de l'eau ou de la salive, ce dernier libère du peroxyde d'hydrogène. Cela revient donc exactement au même. Certains prétendent n'employer ni peroxyde ni perborate, et certains même vont jusqu'à affirmer que le produit utilisé pour le blanchiment est 100% naturel, mais aucun ne précise la nature et la composition du produit utilisé. Le communiqué du ministère de la santé1 est pourtant très clair à ce sujet : "Qu’il s’agisse de peroxyde d’hydrogène, de peroxyde de carbamide ou de perborate de sodium, le principe actif est le même : ces produits contiennent ou libèrent du peroxyde d’hydrogène qui a un fort pouvoir oxydant et permet de décolorer la substance colorante".

Principe du blanchiment

Pour schématiser, on peut dire que l’émail dentaire est blanc, tandis que la dentine qui se trouve sous l'émail, est jaune. Au fur et à mesure qu’on vieillit, l’émail s’use et laisse paraître la dentine, produisant un jaunissement qui est physiologique avec l'âge. Pour qu’il soit efficace, le produit de blanchiment doit pénétrer à l’intérieur des dents. La couche externe de la dent ou émail est une couche protectrice. Il est donc nécessaire de détruire l'étanchéité de cette couche protectrice pour parvenir à blanchir les dents ou au moins à les éclaircir. L’utilisation des produits d’éclaircissement ou de blanchiment des dents est par conséquent dangereuse car, répétée, elle altère la structure même de la dent, la rendant plus vulnérable aux attaques acides et donc aux érosions (sodas, boissons gazeuses…) et aux caries. Du moins est-ce ainsi que les dentistes voient et expliquent les choses. Car du point de vue des bars à sourire, la réalité du blanchiment dentaire est toute autre. Voici ce qu'écrit l'un d'eux sur son site : nous utilisons "un gel au Perborate de Sodium qui pénètre votre émail par ses pores, comme une crème hydratante pénètre votre peau, libère ensuite ses principes actifs sous l'exposition d'une lampe électro-luminescente puis blanchit la dentine qui se trouve derrière l'émail". La présentation est pour le moins flatteuse, mais n'est absolument pas conforme à la réalité biologique de l'impact du blanchiment sur la dent. La comparaison avec une crème hydratante, dont la finalité est de nourrir la peau, ne manque pas d'audace sachant que le produit blanchissant a au contraire une action corrosive décapante, deshydratante (le peroxyde chasse les fluides présents dans les tissus dentaires) et en aucun cas nourrissante ou minéralisante sur la dent. Si on voulait comparer avec un produit pour la peau, il faudrait comparer le blanchiment à un peeling dont on connaît les dégâts sur l'épiderme quand il est répété trop souvent.

Blanchiment : mode d'action du peroxyde sur la dent

Pour comprendre le mécanisme d'action du peroxyde d'hydrogène lors d'un blanchiment dentaire, il suffit de se remémorer les publicités pour les lessives à l'oxygène actif. Dans ces spots publicitaires, on peut voir comment les bulles d'oxygène actif pénètrent les fibres au cœur du linge pour le désinfecter et dissoudre les particules de saleté "incrustée au cœur du linge". Transposé au blanchiment dentaire, le principe est le même, sauf qu'au lieu des fibres, ce sont dans les tissus durs de la dent que les petites bulles pénètrent pour dissoudre les pigments responsables du jaunissement. Il faut en effet savoir qu'une dent est un organe naturellement perméable. Il existe dans l'émail, pourtant le tissu le plus dur de l'organisme, des micro-cavités qui sont pénétrées par la salive permettant de reminéraliser la dent constamment. Revers de la médaille, cette perméabilité naturelle de la dent fait qu'à la longue elle fixe les pigments colorants (café, thé…) et finit par jaunir. Dans le processus de blanchiment, les micro-bulles d'oxygène actif pénètrent la couche d'émail et diffusent jusqu'à la couche plus profonde de la dentine située sous l'émail. Cette diffusion permet un nettoyage en profondeur de la dent, contrairement aux dentifrices abrasifs dont l'action se limite à la surface. Le blanchiment dentaire est donc en réalité un super décapage chimique de la dent. C'est sans doute beaucoup moins "glamour" que le terme, tout à fait impropre de "blanchiment", mais tellement plus vendeur.



Blanchiment dentaire : conséquences

En diffusant, les bulles d'oxygène actif ouvrent un passage et augmentent la perméabilité naturelle de la dent. Une dent traitée par blanchiment, quelque soit la concentration du produit, voit sa porosité s'accroître. C'est pour cette raison que, contrairement au alléguations de certains bars à sourire, le blanchiment est interdit aux moins de 18 ans car le produit ne doit jamais être appliqué sur une dent jeune dont l'émail qui n'a pas achevé sa maturation, est naturellement poreux et plus vulnérable qu'un émail adulte. La dent va ensuite lentement s'autoréparer grâce à la salive chargée de minéraux qui vient recoloniser les brèches ouvertes par le blanchiment. Cependant cette réparation n'est que partielle et s'étale sur une période que certains estiment à deux semaines, mais qui est probablement plus longue. Le processus de réparation est entravé par l'ingestion de sodas et autres boissons ou aliments acides. Il faudrait donc s'abstenir de tout contact avec de l'acide après un blanchiment dentaire. En pratique, ce n'est pas le cas et la dent ne se répare pas entièrement. Résultat : une dent traitée par blanchiment est une dent qui absorbe et fixe davantage de pigments colorants. Conclusion : une dent blanchie chimiquement est une dent qui va jaunir plus vite. Pour cette raison, le blanchiment dentaire n'est pas durable. Il faut recommencer et le cycle "décapage -> perméabilité accrue -> jaunissement" reprend. On reblanchit alors et c'est reparti… On le voit, le blanchiment dentaire entraîne dans une spirale infernale dont la dent à terme ne sort pas indemne : émail abîmé, sensibilités dentaires, susceptibilité accrue à la carie… sans parler de la teinte jaune qu'on voulait justement éviter qui revient en force.

Blanchiment dentaire : sans risque ?

Conscients du problèmes, certains bars à sourire tentent de le minimiser : "Le produit utilisé est le Perborate de Sodium qui associé à l'accélérateur exclusif 'X' depigmente la surface de vos dents sans atteindre la dentine (l'émail profond). Ce protocole vous garantit qualité et sourire éclatant sans occasionner des sensations désagréables", peut-on lire sur le site d'un centre de blanchiment dentaire ou bar à sourire. Cette allégation qui semble tout droit sortie de l'argumentaire d'une formation hâtive et mal intégrée, est totalement fantaisiste et dépourvue de tout fondement scientifique et bien entendu de toute preuve. En effet, en odontologie, on sait qu'émail et dentine forment une entité biologique désignée par le terme de "complexe amélo-dentinaire". Il est impossible de contrôler la diffusion d'un produit qui non seulement atteint la dentine, tissu poreux situé sous l'émail, mais aussi en quelques minutes la pulpe ou nerf, organe central vivant de la dent. Une étude a montré que les produits plus faiblement concentrés en peroxyde diffusent davantage dans les tissus dentaires.

Il est donc faux de prétendre que le blanchiment n'a qu'une action de surface. C'est au contraire un traitement invasif car dépigmenter la dent pour l'éclaircir implique que le produit diffuse en profondeur. En effet, c'est bien en profondeur que son logés les pigments responsables du jaunissement des dents. Dans le cas contraire, un simple dentifrice abrasif dont l'action se limite à la surface, suffirait. Or tout à chacun sait bien que ce n'est pas le cas.

Contrairement aux allégations des bars à sourire, la faible concentration des produits employés dans ces centres n'est pas gage d'innocuité, pas plus que la mention "sans peroxyde", on l'a vu. Il est absolument faux de dire qu'on peut renouveler sans risque le blanchiment aussi souvent qu'on le souhaite, chaque micro-décapage fragilisant un peu plus les dents. À terme, la répétition des blanchiments avec des produits de faible concentration produit des dégâts, comme c'est le cas avec des produits plus concentrés. Un communiqué du ministère en charge de la santé1 avertit : "les produits de blanchiment, surtout s’ils sont employés à haute concentration ou de façon répétée, ont un effet déminéralisant sur les tissus durs de la dent et augmentent leur perméabilité".

1 http://www.sante.gouv.fr/quelles-sont-les-techniques-et-produits-utilises.html

2 http://www.sante.gouv.fr/quels-sont-les-risques-y-a-t-il-des-contre-indications.html

Article mis à jour le 18-02-2012

 

Holodent.fr

Créé par Estelle Vereeck, docteur en chirurgie-dentaire auteur de nombreux ouvrages grand public sur les dents, le site holodent traite de l'approche globale, naturelle et énergétique des soins dentaires, du langage des dents ou décodage dentaire, sans oublier l'orthodontie douce.